Rose ancienne - 'La Belle Sultane'



Rose gallique d’obtenteur inconnu, Pays-Bas, fin XVIII s.


'La Belle Sultane' ('Violacea'), Galliques, (Pays-Bas) introduite en France par Dupont, avant 1811

Description :


Arbuste : de grande taille (120 à 200 cm), érigé avec des branches grêles qui lui donnent un port souple.

Fleur : de 6 à 7 cm, solitaire ou par groupe de 2 à 5, semi double (10 à 12 pétales), plate ; étamines dorées en couronne, très lumineuses.

Couleur : rose carmin soutenu velouté et nuancé de violet. L’onglet du pétale caché par les étamines est blanc.

Feuillage : vert moyen, peu abondant, petites folioles arrondies et assez épaisses.

Parfum : les fleurs sont légèrement parfumées, les tiges sont recouvertes de soies foncées à odeur de résine.

Culture : arbuste vigoureux, presque inerme, exceptionnellement résistant aux maladies, et supportant les régions froides. Il est recommandé de planter un rosier greffé car issu de bouture (franc de pied), il drageonne énormément.

Taille : comme pour tous les rosiers non remontants (NR), la taille se fait après la floraison. Elle a pour but de renforcer les tiges maîtresses du rosier et de lui garder une forme arrondie.

A retenir :
  • En mai-juin, sa magnifique floraison aux fleurs semi-doubles de 2 à 3 rangs de pétales, d’un carmin velouté nuancé de violet est mise en valeur par les étamines d’or. L'ensemble est saisissant.
  • En automne, une fructification aux cynorrhodons identiques à ceux de Rosa gallica 'officinalis', ils sont orangés, ronds et aplatis au sommet.


Son nom, son histoire :


François Joyaux dans son livre La Rose de France, nous dévoile une des origines possibles de ce nom…

Aimée Dubuc de Rivery, lointaine cousine de l’impératrice Joséphine, est née en 1776 à la Martinique. Elle est envoyée à Nantes pour terminer son éducation. Elle est rappelée par ses parents avant la Révolution mais sur la route du retour, elle est enlevée par des pirates barbaresques au large de Majorque. A vingt ans, d’une grande beauté, elle est envoyée au harem du Palais de Topkapi à Istanbul.

Très vite, sa faveur grandit : elle accède au titre de quatrième cadine du vieux sultan Abdoulhamit 1er. Elle lui donne un fils qui deviendra le sultan Mahmoud II et elle sera honorée du titre de Sultane Validé ou « sultane-mère ».

Elle mourra en 1817. Son fils la fera ensevelir dans les jardins de la mosquée de Mehmet le Conquérant. Il composa pour elle cette épitaphe : « Sa grandeur et sa renommée retentissantes ont fait du pays un jardin de roses ».